Tumeur

Le terme latin « tumor » est synonyme de grosseur, tuméfaction ou d’œdème (en d’autres termes une augmentation de volume ou des tissus). Le mot tumeur n’est pas donc pas automatiquement associé à un cancer. Un distinction entre tumeur maligne et tumeur bénigne est donc, dans ce contexte, décisive. Les tumeurs bénignes ne forment pas de métastases (aussi appelées « tumeurs secondaires ») mais elles se séparent des cellules en bonne santé sans les attaquer. Les tumeurs malignes, elles, forment des métastases et envahissent les cellules des tissus en bonne santé et les détruisent. Seules les tumeurs malignes sont donc responsables des cancers. Si les tumeurs bénignes peuvent être facilement retirées grâce à leur distinctibilité par rapport aux tissus en bonne santé, les tumeurs malignes, elles, sont plus difficiles à évincer. De plus, il est fort probable qu’elles se reforment. Une fois une tumeur maligne détectée, il est important de déterminer de quel type de cancer il s’agit. Cette détermination influence en effet le type de traitement prescrit. Pour un diagnostic précis, nous vous proposons les tests rapides suivants dans le domaine de l’oncologie. Ces tests sont destinés à la détection des antigènes contre le cancer de la vessie, du sang (leucémie), de la prostate, du sein, du poumon et gastro-intestinal.

Articles 1 à 12 sur un total de 13

Page :
  1. 1
  2. 2

Grille  Liste 

Articles 1 à 12 sur un total de 13

Page :
  1. 1
  2. 2

Grille  Liste